Musique

Lindsey Stirling

 

lindsey-stirling-brave-enough-cover
http://www.universalmusic.fr

Chers visiteurs, je vous remercie pour vôtre fidélité et vous présente mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2017, que j’espère pleine de joie et de nouvelles découvertes culturelles !

Pour commencer en douceur, avec le premier article de l’année, je vous propose de (re)découvrir une musicienne accomplie que j’apprécie tout particulièrement et qui gagne en notoriété dans nos frontières.

Il s’agit de la violoniste Lindsey Stirling, qui après deux albums aux sonorités éclectiques alliant subtilement dubstep, pop et hip-hop nous ai revenue il y a quelques mois avec « Brave Enough », son dernier « bébé ».

Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Lindsey s’est fait connaître en 2012, avec ses reprises de tubes célèbres sur YouTube, comme « Starships » de Nicki Minaj et « The Phantom of the opera ».

Elle se fait très vite remarquer par l’originalité de ses prestations qui allient performances jouées-dansées et des vidéos soignées, filmées en extérieurs par le réalisateur Devin Graham.

Je pense entre autres à son medley sur le thème du « Seigneur des anneaux », où encore « We found love » de Rihanna tournée pendant un séjour caritatif en Afrique.

La même année, elle sort un album sobrement intitulé « Lindsey Stirling », contenant de nombreuses pépites, telles que « Moon Trance », « Crystallize » ou encore « Stars Align », qui signe le début de la reconnaissance et lui permet d’assurer une première série de concerts.

Forte de son succès, elle collabore avec les meilleurs du moment et continue sur sa lancée en publiant un nouvel opus « Shatter Me » deux ans plus tard.

Celui-ci reprend la recette habituelle, à savoir des beats efficaces et… la sauce Lindsey aussi indescriptible qu’unique, tout en y ajoutant un élément manquant jusqu’à présent : le chant !

Pour cela, elle fait appel à Dia Frampton et Lzzy Hale (leader du groupe Halestorm) qui chantent respectivement sur « We are giants » et « Shatter Me », mettant ainsi leur talent au service de ses compositions originales.

La question qui se pose alors est « que nous réserve « Brave Enough » ?

A première écoute, l’ensemble de l’album me semble être davantage marqué par le côté émotionnel qui transparaît à travers les arrangements généraux et des titres comme « Brave Enough » et « The Phoenix » qui suggèrent une renaissance musicale…et certainement personnelle de l’artiste.

Pendant le processus de création, elle a dû faire face à la disparition prématurée de son ami proche et claviériste Jason Gaviati, à qui elle a dédié la poignante « Gavi’s song ».

Si par moments certaines musiques ont un goût de déjà-vu comme « The Arena », qui n’est pas rappeller « Beyond the veil », Lindsey réussit malgré tout le pari de se renouveler.

Dans l’ensemble, c’est un album aux multiples couleurs musicales (classique, électronique, pop), qui se démarque de ses prédécesseurs par l’exploration de nouvelles sonorités, orientales et urbaines notamment.

Je remarque que les titres chantés sont nettement plus présents que sur le précédent disc, et les collaborations sont plus diversifiées, en passant de la chanteuse pop Christina Perri, au duo Dan + Shay ou encore au rappeur Lecrae.

Les chœurs sont également omniprésents et ajoutent un supplément d’âme à des morceaux comme « Mirage » ou « Don’t let this feeling fade ».

La musicienne s’en donne à cœur joie pour tirer de son violon la plus large palette sonore possible, tantôt plus mélodique, tantôt plus énergique !

Même si je trouve qu’elle a pris des directions étranges avec « Prism » et « Hold my heart » qui me paraissent incohérents musicalement parlant, par rapport au reste de l’album, j’aime beaucoup « Something wild » en duo avec Andrew MacMahon et « Lost girls ».

Enfin, les quatre inédits compris dans l’édition Deluxe ne sont pas en reste avec le pétillant « Afterglow » et le dynamique « Powerlines », dansants à souhait !

Pour conclure, je dirais que « Brave Enough » est un album à la hauteur des attentes du public de la musicienne, qui conserve un sens du rythme et une diversité d’influences musicales efficaces, tout en se démarquant par des choix artistiques plus affirmés.

Si vous connaissez des artistes similaires à Lindsey Stirling, n’hésitez pas à partager dans les commentaires.

En attendant de vous retrouver prochainement avec une nouvelle chronique littéraire, je vous souhaite à tous une excellente semaine !

Little Diary

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Lindsey Stirling »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s